Mon compte


Créer un compte

Vient de paraître

Facebook

Retrouvez les Editions du Parvis
sur facebook!

Des nouveautés,
des prières de la semaine,
des infos, etc.

Comment se protéger d’un cancer du pancréas!

Parvis Santé: Corps - Cœur - Esprit

C’est un des cancers les plus foudroyants et pour l’éviter au maximum, il faut surveiller ses apports en sélénium associés à deux vitamines C et E. On sait que 19 personnes sur 20 en meurent dans les cinq ans quand elles en sont atteintes. Steve Jobs, le patron d’Apple à 56 ans, est mort de ce cancer en 2011.

Les sources du sélénium et son action sur le pancréas

Le sélénium est un oligo-élément que l’on trouve surtout dans les noix du Brésil ou d’Amazonie qui en sont riches (95 microgrammes par noix) mais aussi dans les céréales complètes, les poissons, les fruits de mer, dans les huîtres du Pacifique, le thon en conserve, dans le hareng mariné, les côtes de porc, le flétan, la morue, la plie, l’espadon et le saumon qui vous apportent 50 microgrammes de sélénium; on en trouve un peu moins dans les abats de poulet et de dinde. Pour une bonne assimilation du sélénium, il faut l’associer avec les vitamines E, C et le b-carotène.
L’apport quotidien de sélénium devient toxique pour un adulte à partir de 1000 microgrammes et pour un adulte, l’apport quotidien est de 60 microgrammes, alors vous voyez qu’il y a une marge de manœuvre et de sécurité pour l’adulte.
La quantité de sélénium se mesure principalement par une analyse des ongles, mais aussi des cheveux et du sang.
Le sélénium permet de produire du glutathion-peroxydase, un antioxydant d’une importance capitale pour nos cellules. Le glutathion-peroxydase est une enzyme qui travaille de concert avec la vitamine E pour protéger les membranes cellulaires contre l’oxydation provoquée par les radicaux libres. Quand ceux-ci sont en excès, ils entraînent un vieillissement précoce et contribuent à l’apparition de maladies cardiovasculaires, de la cataracte et de certains types de cancers.
Une carence en sélénium peut entraîner un cancer colorectal, du pancréas, de la prostate, du poumon, de la vessie.
Le corps ne peut pas fabriquer du sélénium, il nous faut le trouver dans la nourriture quotidienne.

Nos terres sont-elles riches en sélénium?

L’Asie et l’Europe ont des sols assez pauvres en sélénium par rapport au reste du monde. Ce sont ces populations qui sont le plus fortement carencées. En Europe les apports alimentaires en sélénium diminuent de façon inquiétante. En Angleterre, ils ont diminué de 45 % entre 1975 et 1994 pour atteindre 34 microgrammes. Si vous ne prenez pas un apport en noix du Brésil et en céréales avec des légumes régulièrement, vous risquez d’être carencés en sélénium. Les terres qui sont riches en sélénium sont celles des deux Amériques.

Les risques d’une carence en sélénium

Il n’est pas évident d’enrichir les sols de toute l’Europe et de l’Asie en sélénium. La Finlande avait lancé en 1984 un programme d’enrichissement des sols en sélénate de sodium, un dérivé du sélénium utilisé dans les engrais. Les résultats furent stupéfiants. Les apports en sélénium alimentaire ont triplé dans la population et les cancers et maladies cardiovasculaires ont diminué.
A part la Finlande, les gouvernements soucieux de la quantité de sélénium dans leur pays sont rares.
Si les risques d’une carence en sélénium sont bien réels pouvant créer des cancers et des maladies du cœur, on s’est aperçu que la carence pouvait avoir aussi une incidence sur une déficience du système immunitaire. La Chine est pauvre en sélénium et suite à une épidémie du syndrome respiratoire aigu sévère en Chine, les chercheurs ont découvert une faiblesse du système immunitaire dû à un manque chronique de sélénium associé à la vitamine A. Les deux conjugués  renforcent le système immunitaire.

Cinq allégations thérapeutiques autorisées sur le sélénium

L’Agence sanitaire européenne EFSA (Eurepean Food & Safety Agency) a validé 5 allégations sur les compléments de sélénium dont le dosage est supérieur à 8,25 microgrammes pour 100 g:
– Le sélénium participe au fonctionnement normal du système immunitaire.
Le sélénium protège les cellules contre les radicaux libres (effet antioxydant)
Le sélénium participe au maintien d’une belle chevelure et de beaux ongles.
Le sélénium aide au fonctionnement normal de la thyroïde.
Le sélénium permet une production normale des spermatozoïdes (hausse de la testostérone)

Le sélénium inorganique et organique

Le sélénium est un élément inorganique par définition, on le trouve dans la nature sous forme de sélénite et de sulfure de sélénium. L’ennui est que ces formes inogarniques ne sont pas bien assimilées par le corps.
Les chercheurs ont commencé à s’intéresser aux formes organiques comme la sélénométhionine et la sélénocystéine qui sont bien mieux assimilées par l’organisme, c’est en nourrissant des levures avec du sélénium que l’on obtient du sélénium organique. Une synthèse d’études datant de 2004 et basée sur 12 essais cliniques a confirmé que les formes organiques de sélénium étaient efficaces et sans danger.
Aujourd’hui, les compléments de qualité thérapeutique utilisent des levures nourries au sélénium, c’est pour vous la meilleure forme possible.

Prenez ce cocktail anti-oxydant contre le cancer

Le sélénium n’est pas le seul antioxydant. Les vitamines C et E sont également réputées comme de bons antioxydants. Il est important de sélectionner de la vitamine E naturelle car elle est bien mieux assimilée que la synthétique. Les chercheurs pensent que seule la vitamine E naturelle qui est un mélange de huit composés chimiques (4 tocophérols et 4 tocotriénols) a un vrai effet préventif. Malheureusement, la vitamine E naturelle n’est pas facile à trouver dans l’alimentation. Néanmoins on peut la trouver dans le germe de blé, le pain complet, la farine complète, certains légumes verts, la laitue, le cresson, les huiles végétales, l’œuf, le miel, les sardines, l’arachide rôtie dans l’huile et l’avocat. Il est certain que ceux qui mangent des produits biologiques sont assez bien fournis en vitamine E, mais tous les aliments de l’agriculture chimique et les produits industrialisés en sont largement dépourvus.
En combinant le sélénium avec les vitamines E et C, vous profitez d’effets de synergie entre les substances antioxydantes. Cela vous donne un complexe bien plus efficace. Le lien entre le sélénium, la vitamine E et la vitamine C, trois antioxydants puissants et la prévention du cancer a été établi en juillet 2012 par des chercheurs qui avaient recruté 23500 personnes pour l’étude EPIC (European Prospective Investigation of Cancer).
Pendant cette étude de quatre années, 49 participants ont développé un cancer du pancréas, un nombre qui est monté à 86 en 2010. Or les personnes faisant partie du quart ayant le plus de sélénium dans leur alimentation avaient un risque diminué de moitié d’être touchées par le cancer du pancréas, et même réduit des 2/3 si elles consommaient aussi beaucoup de vitamine E et de vitamine C.
En mangeant régulièrement une ou deux noix du Brésil par jour et en prenant de la vitamine C et E dans votre alimentation, vous n’aurez pas de carence en sélénium et vous protégerez votre pancréas naturellement contre tout risque de cancer. Vous trouvez aussi du sélénium et la vitamine E dans dans le Germag et la vitamine C dans l’Acérola, comme le sélénium dans le Carno-Silicium des laboratoires Lorica dont les produits sont en vente au Parvis. La vitamine C se trouve aussi dans le citron, l’orange, la mandarine, le kiwi, la fraise, la papaye, la mangue, le goyave, le chou rouge, la tomate, le raifort, le persil, l’estragon, le cerfeuil, la mâche et toutes les salades vertes et tous les végétaux frais et le miel.
Une nourriture équilibrée et biologique fournit presque toujours les vitamines, les sels minéraux et les oligo-éléments indispensables à la santé et à la prévention du cancer. Mangez moins, mais mangez mieux et équilibré et vous serez en meilleure santé.

Père François Zannini, naturopathe