Vacances d'été

du 29 juillet
au 19 août 2024

La librairie en ligne fonctionne normalement durant cette période.
Les commandes reçues après le 24 juillet
seront expédiées
dès le 19 août.
Bel été à tous!

Catalogue

Mon compte


Créer un compte

Newsletter

Pour être informé des nouveautés - des offres spéciales - des promotions, inscrivez-vous à notre lettre d'information!

 

 

Facebook

Retrouvez les Editions du Parvis
sur facebook!

Des nouveautés,
des prières de la semaine,
des infos, etc.

Richesse nutritionnelle et bienfaits de la chlorella

Parvis Santé: Corps - Cœur - Esprit
 

La chlorella est une algue qui permet la chélation des métaux lourds dans le corps, mais elle a une valeur nutritionnelle exceptionnelle car elle contient dans sa composition des protides, des glucides, des lipides, des sels minéraux, des fibres et de l’eau. Elle contient aussi des vitamines, des acides gras et des acides aminés.

Ses bienfaits en détail

La chlorella contient un facteur de croissance ou CGF (Chlorella Growth Factor) permettant de stimuler la régénération des cellules. La chlorella est riche en facteurs de croissance comme les protéines, les vitamines, les sels minéraux, les acides gras et les acides aminés. Les facteurs de croissance sont de nos jours reconnus capables de revitaliser et de stimuler le développement cellulaire donc le métabolisme physiologique. Les facteurs de croissance sont étudiés en médecine régénératrice ou réparatrice notamment pour renforcer les os victimes de décalcification (ostéoporose) et pour aider à la cicatrisation des plaies chez les diabétiques. Tous les précieux éléments qui entrent dans la composition de la chlorella sont pour la plupart capables de stimuler le métabolisme cellulaire. Leur association semble expliquer leur amplification par un effet de synergie.
La chlorella lutte contre le vieillissement prématuré grâce à ses antioxydants. La chlorella contient des caroténoïdes qui préviennent la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Elle contient encore des acides tels que des acides phénoliques, des phytostérols, des ergostérols et de l’acide cinnamique qui sont bénéfiques dans la lutte contre les maladies inflammatoires. Elle contient également des phytostérols qui aident à la résorption du cholestérol et son acide cinnamique est un analgésique.
La chlorella apporte un mieux-être par son tryptophane. Cette algue en contient en quantité significative (0,1 à 0,4 g par 100 g de matière sèche). Le tryptophane est un précurseur de nombreux neurotransmetteurs tels que la sérotonine communément appelée l’hormone du bonheur mais également de la mélatonine. Cette dernière est l’hormone du sommeil et elle est aussi connue comme l’hormone centrale de régulation des rythmes chronobiologiques en étant synthétisée surtout la nuit. La mélatonine régule de nombreuses sécrétions hormonales chez l’homme et chez les mammifères. Cette neurohormone est synthétisée à partir d’un neurotransmetteur la sérotonine, dérivant elle-même du tryptophane. Elle est secrétée par la glande pinéale dans le cerveau en réponse à l’absence de lumière. La mélatonine n’a pas qu’une fonction hormonale, elle agit aussi comme antioxydant. Elle jouerait un rôle particulier dans la protection de l’ADN nucléaire et dans l’ADN mitochondrial. Elle jouerait aussi un rôle dans le système immunitaire. Le tryptophane est un acide aminé essentiel. Il n’est pas synthétisé par notre organisme qui doit le tirer de l’alimentation. Le pouvoir immunomodulateur du tryptophane favorise la réduction du stress. Le tryptophane est responsable de bon nombre d’interactions neurologiques. Il aiderait à la récupération après un effort physique important ou encore il serait capable de réduire les effets du décalage horaire. Il serait également utile pour régler les périodes de troubles menstruels. Le tryptophane est donc reconnu pour favoriser un meilleur sommeil, pour aider à lutter contre la dépression, pour soulager l’irritabilité et l’anxiété ou encore aider au contrôle de soi.
La chlorella, par ses oméga-3, permet de mieux lutter contre la déprime.
Dans la connaissance populaire, les poissons constituent une source riche en oméga. Il ne faut pas oublier que les poissons se sont enrichis de ces précieux lipides en consommant du phytoplancton ou des algues.
La double action combinée du tryptophane et des oméga-3 que renferme la Chlorella, explique vraisemblablement en partie le bien-être ressenti lorsqu’on en consomme régulièrement.
La membrane cellulosique, la chlorophylle et des protéines spécifiques donnent à la chlorella un pouvoir détoxifiant.
La chlorella est reconnue comme étant l’un des plus efficaces détoxifiant naturel. La chlorella élimine naturellement de notre organisme les métaux lourds, les dioxines, les composés organochlorés tels que les PCB. Les PCB sont appelés polychlorobiphényles ou encore biphényles polychlorés (BPC) ou encore pyralènes (du nom commercial d’un produit de Monsanto à base de PCB utilisé autrefois en Europe dans les transformateurs). Ils forment une famille de 209 composés aromatiques organochlorés dérivés du biphényle. Selon leur teneur en chlore, ce sont des liquides plus ou moins visqueux, insolubles dans l’eau, incolores ou jaunâtres à forte odeur aromatique et très stables à la chaleur. Les PCB sont toxiques, écotoxiques et reprotoxiques (agissant sur les gonades ou sur l’embryon in utero). Même à faible dose, ils agissent comme perturbateurs endocriniens. Ce sont des polluants très toxiques et persistants avec une demi-vie de 94 jours à 2700 ans selon les molécules. Très liposolubles, on les retrouve dans les tissus gras de l’être humain dont le lait maternel. Ils sont classés comme cancérogènes probables et seraient à l’origine de cancers hépatobiliaires (cancer du foie, des voies biliaires et du pancréas). Le PCB 126 est un cancérigène certain. L’alimentation moderne est la première source d’exposition aux PCB que l’on retrouve dans les produits d’origine animale (poisson, viande, œufs, produits laitiers).
A ce jour, la chlorella reste la solution naturelle la plus efficace pour l’élimination ou la détoxification des métaux lourds, des dioxines (molécules chimiques produites par les incinérateurs et les volcans polluant l’atmosphère) et des PCB se trouvant dans l’organisme. La chlorella est capable de fixer par absorption les métaux lourds, les dioxines, les PCB grâce à sa membrane cellulosique complexe. Elle est aidée dans cette fonction par la chlorophylle et d’autres petites molécules comme les glycoprotéines. Une fois les éléments toxiques fixés par les fibres de la chlorella, qui ne sont pas résorbés, ils sont éliminés de l’organisme par les selles.
La chlorella est un excellent support de régime alimentaire. Elle est un complément précieux pour tous ceux qui ont une alimentation mal équilibrée. Elle prévient les maladies liées à des carences.
En raison de ses propriétés nutritionnelles uniques et de la haute valeur biologique de la chlorella vulgaris, une consommation exclusive de cette micro-algue ne peut pas entraîner de carence. Une prise quotidienne de 3 g est recommandée pour un adulte de taille moyenne. Cette quantité de chlorella n’est pas suffisante pour assurer une alimentation complète, cette dose complète une alimentation équilibrée dans un but de prévention des carences nutritionnelles.

Dosage et recommandations

La dose recommandée de 3 g par jour de chlorella contient 2,5 mg/kg de vitamine B12. Elle procure largement à l’organisme sa dose journalière nécessaire.
La chlorella apparaît donc comme un complément alimentaire indispensable aux personnes anémiques, anorexiques et aux personnes végétariennes et végétaliennes. Après une étude sur deux ans faite sur des végétariens et végétaliens, on a pu constater que l’alimentation de ces personnes peut être suffisamment complémentée avec la vitamine B12 biodisponible dans la chlorella.
On a découvert également le rôle protecteur ou chimio-protecteur important dans l’inhibition de la carcinogénèse par une prise continue et régulière de chlorella et de spiruline.
En résumé la chlorella contient un cocktail complet d’éléments précieux pour la santé:
– tous les acides aminés, dont les huit essentiels;
– des protéines, qui constituent environ 50% de sa masse sèche;
– des sels minéraux biodisponibles (env. 10%): sélénium, magnésium, calcium, chrome, fer, potassium, etc.);
– des acides gras insaturés (env. 10%): acide alpha-linolénique (oméga-3), acide linoléique (oméga-6);
– des vitamines: B2, B6, B12, C, K1, E;
– du beta-carotène;
– des fibres (30 %).
Intégrer des algues dans sa nourriture ne suffit pas. Il faut avoir une alimentation riche, variée et équilibrée pour bien se sentir et prévenir une bonne santé. Hippocrate disait déjà en son temps: «Que ton aliment soit ton unique médicament!» Ce conseil est toujours valable et essentiel. Mais nos vies trépidantes et stressantes et notre course au profit et aux plaisirs multiples nous poussent à l’oublier. Pour ceux qui n’ont pas un régime alimentaire équilibré et une vie assez stressante, la chlorella peut les aider à résister momentanément à ce genre de vie, mais il faut se souvenir que la nature a des lois qu’on ne peut enfreindre indéfiniment sans en supporter un jour les conséquences. Alors mangeons sain et varié, activons-nous proportionnellement à la nourriture ingérée et reposons-nous naturellement à heures fixes. Ainsi le corps gardera son équilibre pour mieux résister aux désordres passionnels de l’homme et à ses carences spirituelles.

Père François Zannini, naturopathe