Mon compte


Créer un compte

Vient de paraître

Catalogue de Noël

Comment remédier aux acouphènes?

Parvis Santé: Corps - Cœur - Esprit

Père François Zannini

On comprend mal les personnes souffrant d’acouphènes. On ignore l’enfer qu’elles vivent tant qu’on n’a pas subi soi-même ces atroces et incessants bourdonnements d’oreille. Il existe des plantes permettant d’atténuer fortement et durablement ce sifflement constant et même de le faire cesser.

La nature des acouphènes
Les acouphènes sont des sifflements ou des bourdonnements dans l’oreille, mettant chaque jour un plus les nerfs à l’épreuve. Ils n’offrent aucun répit même pendant le sommeil. Les acouphènes ont également un impact sur la vie sociale empêchant de converser convenablement lors d’un repas de famille ou au restaurant.

Quand l’appareil auditif crée des sons
Les acouphènes sont la perception d’un son en l’absence d’une stimulation acoustique. L’appareil auditif «invente» un son qu’il va jouer en continu jour et nuit. Le son est, soit un sifflement plus ou moins aigu, soit un souffle rythmé avec chaque battement cardiaque. Une personne sur dix a des problèmes d’audition souvent liés à l’âge et 80 % de ces personnes souffrent d’acouphènes.
Les acouphènes peuvent survenir à n’importe quel âge. Chez les jeunes, l’origine de ce mal provient d’un traumatisme sonore (explosion d’un pétard, d’une grenade, d’un coup d’arme à feu ou encore l’écoute de musique moderne trop près des haut-parleurs.

Les causes des acouphènes
Les causes des acouphènes sont souvent diverses: un choc à la structure crânienne et cervicale, ainsi qu’à l’articulation temporo-mandibulaire qui est trop près de l’oreille. Ce choc peut survenir lors d’un accident d’automobile, d’un problème circulatoire, d’une hypertension artérielle ou d’un diabète ayant provoqué des dommages aux artères et aux artérioles alimentant l’oreille interne.
La maladie de Ménière, qui touche l’oreille interne et est de cause inconnue, provoque aussi des acouphènes, des vertiges et parfois surdité.
Parfois des acouphènes passagers apparaissent après un gros rhume ou une grippe carabinée. Ceux-ci disparaissent au bout de deux à trois mois en général.

Quelle thérapie appliquer?
Quelle que soit la cause des acouphènes chroniques, il faut adopter cette stratégie pour les éviter: améliorer la circulation cérébrale et surtout la microcirculation autour de l’appareil auditif afin que les fonctions auditives se fassent mieux et que la perception des acouphènes diminue.
Les remèdes atténuant et corrigeant les acouphènes
1er remède
Prendre du ginkgo biloba qui réduit la viscosité sanguine et permet une meilleure circulation sanguine au niveau cérébral. Une étude récente sur les effets du ginkgo contre le traumatisme de l’oreille et de l’audition démontre l’utilité du ginkgo pour les problèmes d’acouphènes et de perte d’audition liés à un traumatisme acoustique.
En agissant ainsi dès l’apparition des symptômes dans les trois premiers mois, à des doses de 240 mg par jour. On effectuera 2 prises de 120 mg dans la journée. Evitez les produits non standardisés à base de feuilles brutes. Cela peut provoquer des migraines chez de nombreuses personnes.
Si vous prenez des anticoagulants, évitez le ginkgo car il pourrait accentuer les effets des anticoagulants. Il vaut mieux également arrêter la prise de ginkgo deux semaines avant toute intervention chirurgicale.
2e remède
La petite pervenche est une plante miraculeuse. La vinpocétine est un dérivé de l’alcaloïde vincamine se trouvant dans la petite pervenche. Cette substance étudiée en Europe et en Asie depuis 1970 sert à soulager les problèmes cérébro-vasculaires. Une étude démontre que 50 % de ceux qui commencent une supplémentation en vinpocétine immédiatement après un début de traumatisme acoustique, voient leurs acouphènes disparaître.
La prise de vinpocétine à n’importe quel moment après le traumatisme amène une diminution notoire de la sévérité des acouphènes chez 66 % des individus testés et améliore l’audition chez 79 % d’entre eux. La vinpocétine est aussi efficace dans le traitement de la maladie de Ménière, améliorant l’audition ainsi que les vertiges associés à la maladie. La vinpocétine se prend en gélules dosées à 10 ou 15 mg par gélule et en raison de 2 à 3 gélules quotidiennes. Comme pour le ginkgo, ne prenez pas de vinpocétine si vous êtes sous anticoagulants et arrêtez la prise de vinpocétine deux semaines avant toute intervention chirurgicale.
3e remède
une supplémentation en magnésium pourrait améliorer l’audition et diminuer la pertinence des acouphènes. Selon l’étude SU.VI.MAX sur les supplémentations et minéraux antioxydants, 77 % des femmes et 75 % des hommes en France sont en dessous de l’apport nutritionnel conseillé en magnésium. Il est donc judicieux d’inviter les personnes souffrant d’acouphènes à prendre du magnésium. Une autre étude démontre une diminution des acouphènes chez 26 patients prenant une supplémentation journalière de 532 mg de magnésium pendant trois mois.
On trouve beaucoup de magnésium en pharmacie et en magasin diététique. On prendra du citrate de magnésium fournissant un bon rapport qualité–prix. La dose à prendre est sublaxative, c’est-à-dire la dose maximale journalière ne perturbant pas le transit intestinal. Comment calculer la bonne dose sublaxative qui ne bouleversera pas le transit?
Le 1er jour, on prendra 200 mg le matin, le 2e et 3e jour, on prendra 200 mg le matin et le soir et le 4e et 5e jour, on prendra 200 mg matin, midi et soir, le 6e jour et, les jours suivants, on rajoute 200 mg tous les deux jours. La dose sublaxative est celle qui précède la dose provoquant des selles liquides et un transit accéléré. Si 200 mg 3 fois par jour sont bien tolérés, mais que 400 mg le matin et 200 mg à midi et le soir donnent des selles liquides, la dose sublaxative sera donc celle de 200 mg 3 fois par jour.
4e remède
Il faut éviter les tensions et le stress. Les tensions musculaires au niveau du cou, des épaules et de la mâchoire bloquent la circulation sanguine vers la tête et ont souvent un impact sur la sévérité des acouphènes. La gestion du stress est capitale dans le protocole anti-acouphènes. Ce qui est compliqué car les acouphènes sont eux-mêmes un cause de stress.
Pour lutter contre le stress, des plantes existent calmant le système nerveux: L’aubépine, la camomille romaine, la lavande officinale, le tilleul, l’olivier, la bourrache, la valériane, la passiflore etc.
En résumé, pour lutter contre les acouphènes, il faut:
    –    démarrez, si possible, le protocole tout de suite après l’apparition des acouphènes;
    –    prendre 120 mg de ginkgo biloba 2 fois par jour (sauf si on prend des anticoagulants).
    –    prendre une dose sublaxative de magnésium (citrate de magnésium);
    –    prendre 2 à 3 gélules de vinpocétine par jour sauf si on est sous anticoagulants.
Avec cette thérapie naturelle, on peut diminuer les acouphènes et, si on a une alimentation saine et équilibrée, on peut espérer éradiquer ce mal et retrouver la joie de vivre.

Père François Zannini
Naturopathe

 

Mots-clés